Précautions de l’utilisation des huiles essentielle

Précautions de l’utilisation des huiles essentielles Seulement 15 minutes après que vous ayez mis une trace d’huile essentielle (1/2 goutte, 1 goutte) sur les endroits sensibles (pouls au poignet, plante du pied, plexus solaire, fosse jugulaire), les bénéfices en sont présents dans tout le corps. Mais il faut savoir que, si certaines huiles essentielles, même non diluées, ne sont pas dangereuses, d’autres, même diluées, peuvent causer des dommages indicibles ! : épilepsie, troubles des organes internes, troubles nerveux, brûlure… Par conséquent, avant d’utiliser une huile essentielle, renseignez-vous non seulement sur ses bienfaits, mais aussi sur les contre-indications. • N’employez jamais les huiles essentielles par voie interne sans prescription de votre médecin ou de votre naturopathe (ou autre représentant de la santé). • Diluez toujours les huiles essentielles de 1 à 20% dans une huile végétale. • Avant toute application sur une partie du corps, faites un test cutané (voir plus bas) • Evitez tout contact avec les yeux et toutes les muqueuses • Chez les femmes enceintes, allaitantes et chez les enfants de moins de 6 ans utiliser les avec beaucoup de précaution. On peut utiliser seulement quelques-unes diluées en raison de 10% (tea three, lavande vraie, eucalyptus radié…) avis médicale fortement conseillé. Test cutané ou test du pli du coude Les huiles essentielles peuvent être allergisantes. Pour s’assurer que nous ne faisons pas d’allergie, avant d’utiliser le produit sur une grande partie du corps nous faisons le test du coude : dans le pli du coude nous mettons une toute petite quantité d’un mélange d’huile essentielle et d’huile végétale (1 goutte pour une cuillère à café) et on attend 48 heures.On peut ressentir, selon l’huile essentielle choisie quelque chose après 10 à 15 minutes, mais c’est normal, comme nous l’avons vu, les huiles essentielles ont une action forte sur notre corps. L’allergie ne se déclenche pas tout de suite. Donc patience.Si après 48 heures (2 jours) il n’y a pas de rougeurs ou démangeaisons ou oedème (gonflement) – tout va bien, on peut l’employer. Dans le cas contraire il ne faut pas qu’elle touche la peau, donc il ne faut pas l’ajouter dans les recettes de fabrication des savons, huiles ou baumes, mais on peut toujours l’utiliser en diffusion. Bien choisir les huiles essentielles : Toutes les huiles essentielles devraient être chémotypées : c’est-à-dire que sur le flacon il est marqué clairement le nom latin de la plante, sa provenance et éventuellement le nom de la molécule présente.Par exemple : – Chémotype : Thym à thujanol (CT thujanol) ou linalol (CT linalol), – Le nom botanique exact de la plante : Hysope decambis ou Hysope officinale. Dans les recettes que je vais donner je marque seulement le nom de la plante. Par exemple lavande ou camomille. C’est pour faciliter la lecture et ne pas encombrer la recette, mais dans la liste des huiles essentielles utilisées dans les recettes (la liste ci-dessous) je donne le nom exact de la plante et éventuellement le chémotype (le nom de la molécule). De préférence choisissez les huiles essentielles biologiques.Voyons maintenant quelques huiles essentielles, leurs propriétés et en quoi elles peuvent nous être utiles. Seulement après la disparition de la rougeur et de la sensation de brûlure, vous pouvez vous rincer à l’eau tiède avec du savon. Les huiles essentielles d’armoise, de tanaisie, de sauge officinale, de thym(s), menthe pouliot (liste non-exhaustive) sont très dangereuses. Ne les utilisez pas (sauf prescription de votre aromathérapeute). Dans le cas de surdosage n’utilisez jamais d’eau ! Appliquez une grande quantité d’huile végétale pour diluer l’huile essentielle. Si vous remarquez des troubles visuels, neurologiques, des douleurs dans le corps allez aux urgences.